Ceci n’est pas…

Ceci n’est pas un apéro et Ceci n’est pas un goûter sont des propositions qui allient la décontraction de l’apéro ou du goûter et la précision d’une mini-conférence en histoire de l’art.

L’occasion de profiter de débuts de soirées ou de fins d’après-midis atypiques autour d’un sujet, d’un artiste ou d’une oeuvre dans une ambiance d’apéro-dinatoire  ou de salon de thé et dans un cadre original.

Le principe

Le public est accueilli par une boisson de son choix en attendant l’arrivée de tous les participants (25 personnes maximum).

Puis la conférencière présente sa mini-conférence (30 min) autour d’une question d’histoire de l’art. Le public circule devant quelques reproductions encadrées,  verres à la main ou s’installe confortablement dans des fauteuils.

Enfin, un dernier échange avec la conférencière est possible durant le service et la dégustation de quelques spécialités apéritives ou de quelques douceurs.

Durée moyenne : 1h15

Coût par personne : 12€

Réservation : en envoyant un mail à cecinestpas1apero@gmail.com ou via notre formulaire de contact en indiquant vos noms, numéro de téléphone et nombre de personnes ainsi que la date et le sujet choisis.

Programmation

Ceci n’est pas un goûter 2018

Rendez-vous au café la Passagère, en plein cœur du Passage Pommeraye à Nantes, à 17h30.

Mardi 23 janvier 2018 : Jupons et pinceaux au siècle des Lumières, par Diane Gouard

Portraitistes remarquables, miniaturistes hors pairs, observatrices du monde immobile ou grandes évocatrices de sujets historiques l’univers des femmes peintres au XVIIIe siècle s’enrichit considérablement. Certaines se hissent par intrigue ou par talent au sein de l’Académie, d’autres œuvrent laborieusement pour se faire une place auprès de leurs homologues masculins mais toutes traduisent le foisonnement culturel du Siècle des Lumières français !

Mardi 20 février 2018 : Vous prendrez bien quelques Turqueries en dessert? par Julie Legrand

Au XVIIIe siècle, Madame de Pompadour lance la mode des « Turqueries » à Paris, en commandant à  Van Loo son portrait avec quelques accessoires turcs. La cité ottomane attire aussi beaucoup de voyageurs qui s’y installent, et dont leurs œuvres témoignent de sa richesse : les scènes de genre de Vanmour, les lettres de Lady Montagu, les vues topographiques de Melling… Qu’elle s’appelle Constantinople ou Byzance, Istanbul n’a jamais cessé de fasciner les européens.

Mardi 20 mars 2018 : Sur un air d’opéra, par Elodie Evezard

La naissance de l’Opéra au 17e siècle et sa diffusion au 18e siècle renouvellent les sujets en peinture. Les artistes puissent désormais dans ce répertoire et incluent dans leur composition des mises en scènes, des points de vue et des costumes propres à ce genre. Le tableau se regarde désormais sur un air d’opéra.

Les saisons précédentes :

Ceci n’est pas un apéro 2017
Ceci n’est pas un apéro 2016

Publicités